Cheikh Al Albani

Questionneur: Il y a un phénomène dans les hôpitaux pour femmes.

Cheikh Al Albani: ....

Questionneur: Dans les hôpitaux pour femmes, il existe un phénomène dans

Cheikh: Les hôpitaux.

Questionneur:

Oui, les hôpitaux pour femmes sur la question de l'accouchement, dans certains d'entre eux, ils élargissent (le vagin des femmes) durant la naissance, est ce que ceci est permis dans la sharia?

Cheikh: Que font certaines personnes?

Questionneur:

L’élargissement avant la naissance, ils élargissent le col de l’utérus (ici le questionneur n’étant pas un spécialiste il se trompe car ce n’est pas le col de l’utérus mais le périnée qui subit l'épisiotomie et cette incision a idéalement pour but de sectionner le muscle élévateur de l'anus)

Cheikh: D’accord

Questionneur: En coupant (le périnée), Est ce permis dans la shariah et quel est le jugement de la sharia sur cela?

Cheikh:

Il n’est pas permis que cette épisiotomie soit un mode (généralisé/habituel) d’accouchement, et il convient de remarquer qu’il doit s’y trouver (dans cet acte) une nécessité pour les femmes enceintes car cela exige la divulgation des parties intimes et la divulgation des parties intimes n’est pas permise hormis en cas de nécessité et Allah azza wa jel a facilité aux femmes des naissances sans une telle épisiotomie, mais parfois l'enfant peut venir (d’une mauvaise manière) en raison de mouvements anormaux de la femme ou de chocs qui lui ont fait un trauma. Alors la position du fœtus s'inverse, de sorte que certaines sages-femmes sont forcés et la situation nécessité de recourir à une telle épisiotomie, mais quant à ce que cela devienne un mode d’accouchement alors ce n’est pas permis.

Questionneur:

L’épisiotomie ici dans ce pays touche un grand nombre de femmes dans les hôpitaux et ils n’ont pas la patience d’attendre que les femmes accouchent naturellement alors ils le font de cette façon, quAllah vous récompense par un bien.

Cheikh: d’accord, tu as eu la réponse.

Autre questionneur: ... même si le bébé est correctement formé ... l’épisiotomie

Cheikh:

Pourquoi l'épisiotomie? Notre Seigneur, qui a créé le fœtus/bébé et la façonné et lui a donné vie, a facilité aux femmes d’accoucher d’une manière  naturelle mais si la situation n'est pas normale alors ici l’épisiotomie est permise

Un autre questionneur:

Si il y a du retard dans l’accouchement alors il y a le processus de l’épisiotomie

Cheikh:

Du retard dans l'accouchement alors quel est la marche à suivre derrière le retard?

Si le retard est préjudiciable à la mère alors ici l’épisiotomie est permise et dans le cas contraire alors non. Jai dit une parole générale: il n’est pas permis de pratiquer le processus d’épisiotomie (de manière systématique), c’est à dire à ce que chaque femme qui donnera naissance doive subir le processus d’épisiotomie, ceci n'est pas permis, mais si toutefois, il y a un besoin ou une nécessité urgente, alors ici c’est permis, ce qui n’était pas auparavant permis, passons.

Traduit par Abdoullaah Abu Edem

Recurrir a la episiotomía sin necesidad 

Interlocutor: Hay un fenómeno en los hospitales para mujeres (maternidad).

Sheij Al Albani: ...

Interlocutor: En los hospitales para mujeres, hay un fenómeno en...

Sheij: Los hospitales.

Interlocutor: Sí, los hospitales para mujeres respecto al parto, en algunos de ellos, a las mujeres se les amplía (la vagina a través de una incisión) en el trabajo de parto, ¿está esto permitido en la sharia?

Sheij: ¿Qué hacen algunas personas?

Interlocutor: ...a las mujeres les ensanchan antes de dar a luz, les amplían el cuello del útero (aquí el que pregunta no es un especialista, él se equivoca porque no es el cuello del útero sino que es el perineo el lugar de la episiotomía y esta incisión tiene como objetivo seccionar el músculo cuya finalidad es la de ampliar el canal)

Sheij: De acuerdo

Interlocutor: ...con el corte (del perineo), ¿está permitido en la Sharia y cuál es el juicio de la Sharia?

Sheij: No está permitido que esta episiotomía sea un método de parto (generalizado/ habitual), y conviene remarcar que tiene que existir una necesidad para las mujeres embarazadas, ya que esto requiere descubrir las partes íntimas y revelar las partes íntimas no está permitido excepto en caso de necesidad y Allah - Exaltado sea - ha facilitado los partos a las mujeres sin semejante episiotomía, pero a veces el niño puede venir (en una mala posición) debido a movimientos anormales de la mujer o a trauma causado por un impacto, entonces la posición del feto se invierte, de manera que algunas parteras se ven obligadas y la situación requiere recurrir a dicha episiotomía, pero que esto se convierta en un método de nacimiento, entonces no está permitido.

Interlocutor: La episiotomía aquí en este país afecta a un gran número de mujeres en los hospitales y ellos no tienen la paciencia de esperar a que las mujeres den a luz naturalmente, entonces ellos lo hacen de esa manera, que Allah lo recompense con un bien.

Sheij: De acuerdo, tú tienes la respuesta.

Otro interlocutor: ... incluso si el bebé está bien colocado... la episiotomía

Sheij: ¿Por qué la episiotomía? Nuestro Señor, que ha creado al feto / bebé y lo modeló y le dio vida, facilitó que las mujeres dieran a luz de forma natural, pero si la situación no es normal, entonces aquí se permite la episiotomía.

Otro interlocutor: Si el parto se retrasa/alarga, entonces se recurre al proceso de episiotomía

Sheij: Retraso en el parto, entonces, ¿cuál es el procedimiento a seguir por esa demora?

Si la demora es perjudicial para la madre, aquí la episiotomía está permitida y en caso contrario no. Pronuncié una declaración general: no está permitido practicar el proceso de episiotomía (de manera sistemática), es decir, que toda mujer que de a luz deba someterse al proceso de episiotomía, esto no está permitido, pero si hay un menester o una necesidad urgente, entonces aquí está permitido lo que antes no estaba permitido.

Traducido al castellano por Umm Amina

Ndt: je rajoute ici quelques articles sur le sujet de l’épisiotomie et je rappelle à nos frères et sœurs, un échange du cheikh Al Albani sur le sujet du djihad alors que ce sujet touche au fiqh Al waqi3 (étude/jurisprudence du réel): https://www.youtube.com/watch?v=FQt_Z-xl9zI.

Donc de même sur le sujet de l’épisiotomie, cheikh n’était pas médecin mais les gens lui expliquent la situation et alors le cheikh ramène le jugement du Quraan et de la sunna. Ici encore un bel exemple ou nous pouvons constater la pertinence de la réponse du cheikh, bien des années avant que les médecins et les spécialistes ne se mettent à contester cette méthode d’accouchement.

 

  • Des épisiotomies réalisées dans un quart des accouchements

Cet acte médical réalisé à l’hôpital fait partie des indicateurs étudiés dans les enquêtes nationales périnatales (Epopé) réalisées par l’Inserm, dont la prochaine version doit être publiée en octobre. Les derniers chiffres disponibles font état de 26,8 % d’épisiotomies lors des accouchements par voie basse en 2010, avec une nette différence entre les femmes venant pour une première naissance (primipares), avec 44,4 % d’épisiotomies, et les suivantes (multipares), à 14,2 %. On est donc loin du « taux de 75 % » évoqué par la secrétaire d’Etat.

  • Un taux en forte baisse

La comparaison avec une précédente enquête, datant de 1998, montre que le taux d’épisiotomie a déjà considérablement baissé en France. A l’époque, cette intervention était réalisée dans 55 % des cas et jusqu’à 71,3 % lors d’une première naissance.

  • Une pratique remise en cause

La baisse des taux d’épisiotomie en vingt ans s’explique par des évolutions des données scientifiques, qui n’ont pas montré les bénéfices d’une pratique systématique pour réduire les troubles du périnée, comme les incontinences ou la survenue de graves déchirures. En 2005, le Cngof a adopté des recommandations encourageant une pratique « restrictive », avec l’objectif de descendre sous le seuil de 30 %.

En Europe, les taux d’épisiotomie sont extrêmement variés entre les pays : de 4,9 % au Danemark à 75 % à Chypre. La France se situe plutôt dans la moyenne basse. http://mobile.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2017/07/25/l-episiotomie-un-taux-bien-inferieur-aux-75-evoques-par-marlene-schiappa-mais-de-vraies-questions_5164811_4355770.html

L’épisiotomie, incision pratiquée dans le périnée pour faciliter la sortie du bébé, est un sujet de mobilisation pour le Ciane depuis sa création en 2003. En 2005, le Collège national des gynécologues obstétriciens français (CNGOF) publie des recommandations dans lesquelles il prend acte qu’il n’y a pas d’indications prouvées à l’épisiotomie systématique et propose de viser un taux global de 30% d’épisiotomies au lieu des 47% constatés à l’époque. Huit ans après ces recommandations, qu’en est-il de la pratique de l’épisiotomie en France et comment les femmes la vivent-elle?

Notre étude, qui repose sur 9783 accouchements par voie basse dont 6300 depuis 2010, atteste de l’effort fait par la communauté médicale pour modifier ses pratiques : le taux d’épisiotomie s’établit à 30% sur la période 2010-2013 (47% pour un premier accouchement, 16% pour les suivants). En outre, les femmes s’estiment mieux informées sur cet acte, même si, dans 85% des cas, le consentement n’est toujours pas demandé.

Un certain nombre d’autres résultats sont à relever :

  • le recours à l’épisiotomie est très sensiblement moindre dans les espaces physiologiques ou salles nature [note1] (31% des primipares au lieu de 47%) ;
  • l’extraction instrumentale (forceps, ventouse) qui concerne 30% des primipares est associée à des taux élevés d’épisiotomie (70% des primipares avec extraction instrumentale) quoiqu’en baisse depuis 2005 ;
  • la liberté de mouvement et de position durant l’accouchement est associée à un taux d’épisiotomie plus faible (29% des primipares qui ont toute liberté, contre 56% si elles n’ont aucune liberté) ;
  • trois femmes sur quatre ayant eu une épisiotomie disent en avoir souffert et parmi elles, 61% en ont souffert plus d’une semaine. Cette proportion est plus importante en cas d’extraction instrumentale.

 

Ces différents constats nous amènent à formuler un certain nombre de réclamations et préconisations qui concernent :

  • Le consentement : nous demandons des mesures pour que la demande de consentement soit effective et respectée pour toutes les femmes, en accord avec la loi de 2002 sur les droits des patients qui précise qu’ “aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne” (L-1111-4 du code de la santé publique).
  • La transparence de l’information : seuls des établissements dont les taux sont en dessous de la moyenne publient leur taux. Nous demandons aux pouvoirs publics d’organiser la publication des taux d’épisiotomie, de manière à informer les femmes et à encourager les établissements à améliorer leurs pratiques.
  • Une redéfinition du taux maximal admissible : la moyenne nationale a maintenant atteint le taux maximum qui était l’objectif fixé en 2005 par le CNGOF. Certains établissements ayant des taux de l’ordre de 10% en France, nous demandons l’abaissement du taux vers lequel les établissements doivent tendre.
  • L’amélioration des pratiques associées à l’extraction instrumentale afin de diminuer le recours à l’épisiotomie. https://ciane.net/2013/11/episiotomie-taux-en-baisse-mais-tout-reste-a-faire-en-matiere-de-consentement-et-de-transparence-des-etablissements/

السائل : توجد ظاهرة في مستشفيات النساء.
الشيخ : ... .
السائل : في مستشفيات النساء، يوجد ظاهرة في.
الشيخ : المستشفيات.
السائل : أي نعم، مستشفيات النساء في موضوع الولادة، في بعضهم ينسمون للنساء في موضع الولادة هل هذا جائز في الشرع؟ ... .
الشيخ : إيش البعض يفعلون؟
السائل : توسعة قبل ولادة النساء يوسعون الرحم.
الشيخ : أيوة.
السائل : بالقطع، هل هذا جائز في الشرع وما حكم الشرع فيه؟
الشيخ : التوسعة هذه لا يجوز أن تكون نظاما للتوليد وإنما ذلك ينبغي أن يُلاحظ فيه حاجة المرأة الحامل لأن ذلك يتطلب الكشف عن العورة والكشف عن العورة لا يجوز إلا لضرورة، والله عز وجل قد يسّر لعامة النساء الولادة بدون تلك التوسعة لكن أحيانا قد يأتي الولد بسبب حركات غير طبيعية من المرأة أو صدمة صدمتها فينقلب وضع الولد الجنين فتضطر بعض القابلات والحالة هذه إلى تعاطي تلك التوسعة، أما أن تُصبح نظاما فلا يجوز.
سائل آخر : ... .
الشيخ : نعم.
السائل : التوسعة هنا في هذه البلاد من كثرة النساء في المستشفيات وما عندهم صبر ينتظرون النساء حتى تولد طبيعي فيقومون بهذه الطريقة جازاك الله خيرا.
الشيخ : أيوة، وأخذت الجواب.
سائل آخر : ... حتى لو كان الجنين على شكل سليم ... التوسعة.
الشيخ : لماذا التوسعة؟ ربنا الذي خلق الجنين وصوّره وكوّنه قد يسّر هناك للمرأة أن تضع وضعا طبيعيا فإذا كان الوضع غير طبيعي فهنا يجوز التوسعة.
سائل آخر : ... التأخير ... تأخرت في الولادة ... يولدوها ... عملية توسعة.
الشيخ : تأخّرت الولادة فماذا ترتب من رواء التأخّر؟ إن كان التأخّر يضر بالأم فهناك جازت التوسعة وإلا فلا، أنا قلت كلمة جامعة لا يجوز اتخاذ التوسعة نظاما، أي كل امرأة ستلد لا بد من إجراء عملية التوسعة، هذا لا يجوز أما إذا وُجدت الحاجة الملحة أو الضرورة فهناك يجوز ما لم يكن من قبل جائزا، تفضل

WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien