Cheikh Al Albani

Questionneur:

Si lors d'un trajet comme celui d'aujourd'hui dans lequel nous sommes montés, quelqu'un se lève et te dit: "vas y assis toi", y a t il quelque chose ici de mal ou quelque chose d'autre?

Cheikh Al Albani: Il y a quelque chose

Questionneur: Quelle est elle?

Cheikh:

(Qu'un homme ne demande pas à un autre qu'il se lève de sa place mais plutôt faites des places larges et facilitez l'assise).

Questionneur:

Est-ce que nous nommons cela un trajet ou bien un lieu ou l'on s'assoit/un siège?

Cheikh:

Non, un siège, et moi je n'ai pas mentionné le terme trajet, un siège dans le bus, dans le bus il s'assoit dans son siège, donc c'est un siège, moi je ne parle pas du bus comme d'un trajet par exemple, je parle du siège comme je ne parle pas d'une maison et elle pourrait être spacieuse, mais je parle du siège/ de l'endroit qu'occupe l'invité, quelqu'un d'autre vient alors il se lève de sa place pour lui.

Questionneur:

Dans tous les cas, cette parole est de manière absolu/générale (de ne pas se lever), même s'il y avait un homme plus âgé, ou ceci ou cela.
Cheikh:

Oui effectivement, de manière absolu et il n'y a pas de différence dans cela comme tu l'entends

Un autre questionneur:

Comment honorons nous alors nos anciens et faisons miséricorde à nos jeunes (ndt: comme dans le hadith)?

Cheikh:

Avec ce dans quoi il n'y a pas d'opposition (au Qur'aan et à la sunna) - Qu'Allah te bénisse - Avec ce dans quoi il n'y a pas d'opposition au texte, c'est à dire, par exemple, si tu trouvais une place avec de l'ombre puis que tu le fasses s'assoir à cette place, ne l'aurais tu pas honoré?

Questionneur: bien sûr.

Cheikh:

Oui sûr, mais toi tu t'es assis à cet endroit puis tu t'es levé pour lui puis il s'est assis à ta place, cette image contredit/s'oppose au hadith clairement.

Donc nous honorons les anciens et nous connaissons le droit de nos savants sans contredire/s'opposer à un texte légiféré, et pour cela est venu dans le hadith précédent dans le Sahih d'Al Boukhari que Ibn 'Umar quand il était entré dans une assise, un homme se leva pour lui et Ibn 'Umar ne s'assit pas (à sa place) et il a dit: le prophète 'aleyhi salaat wa salaam a dit:

(Qu'un homme ne demande pas à un autre qu'il se lève de sa place mais plutôt faites des places larges et facilitez l'assise),

Et il était sans aucun doute- Ibn 'Umar - premièrement  un compagnon (radhi Allahou anhoumma) et un savant majestueux donc il n'était pas satisfait de s'assoir à la place qui avait été libéré pour lui.

Donc je t'ai présenté deux images: dans une d'entre elles s'y trouve l'application du hadith que tu as mentionné et c'est de respecter le savant:

(N'est pas des notre celui qui ne fait pas miséricorde à nos jeunes, ni ne connaît l'honneur de nos aînés ni connaît le droit de nos savants)

Et l'autre image s'y trouve une contradiction/opposition au hadith et il n'honore pas le savant par la contradiction.

Par conséquent n'a pas été satisfait avec un tel respect, le rapporteur du hadith et il n'était qu'autre que Abdoullaah Ibn 'Umar et il ne s'est pas assis.

Questionneur: Notre cheikh si ...si la conception du bus est telle qu'il n'y a pas d'espace pour la personne âgée ou une personne malade pour qu'il s'assoit. Si il reste debout, il pourrait être blessé ou fatigué ou contrarié et moi je suis jeune, plus fort pour rester debout.

Cheikh: L'autre image est claire, donc cela n'est permis et cela n'a pas de lien avec ce dans quoi nous étions (comme sujet de discussion). Oui.

Questionneur: Qu'Allah te récompense par un bien

Traduit par Abdoullaah Abu Edem

السائل : إذا كان يعني في الراحلة مثل الآن في الباص اللي كنا راكبين فيه، أحدهم قام وقال لك: تفضل اجلس، هل هناك من ... أو شيء مع الغير؟.
الشيخ : فيه شيء
السائل : وهو؟
الشيخ : ( لا يقوم الرجل للرجل من مجلسه ولكن تفسحوا وتوسعوا ).
السائل : هل نسمي هذه راحلة أم هي مجلس؟
الشيخ : لا، مجلس، وأنا ما ذكرت الراحلة، مجلس في الباص، في الباص هو جالس في مجلسه، فهو مجلس، أنا ما أتكلم عن الباص كراحلة مثلاً، أتكلم عن المجلس كما أنه أنا ما أتكلم عن الدار وقد تكون واسعة، وإنما أتكلم عن المجلس الذي سكن فيه الضيف، فيأتي آخر فيقوم له من مجلسه.
السائل : على كل حال هذا الكلام على إطلاقه حتى لو كان هناك رجل كبير السن أو كذا وكذا.
الشيخ : أي نعم، على إطلاقه ولا فرق في ذلك كما تسمع
سائل آخر : كيف يوقر كبيرُنا صغيرَنا وصغيرنا
الشيخ : بما ليس فيه مخالفة - بارك الله فيك - بما ليس فيه مخالفة للنص، يعني مثلاً هلّا أنت إذا وجدت مكاناً ظلّاً مثلاً فأنزلته فيه ألست قد وقرته؟
السائل : بلى.
الشيخ : بلى، لكن أنت جالس في هذا المكان فقمت له وأقعدته في مجلسك هذه صورة تخالف الحديث صراحةً، فإذاً نحن نوقر الكبير ونعرف لعالمنا حقه بدون مخالفة لنص شرعي، ولهذا جاء في الحديث السابق في صحيح البخاري أنَّ ابن عمر كان إذا دخل مجلساً فقام له رجل لا يجلس فيه ويقول: قال عليه الصلاة والسلام: ( لا يقوم الرجل للرجل من مجلسه ولكن تفسحوا وتوسعوا ) وهو بلا شك - ابن عمر - أولاً صحابي وعالم جليل فما كان يرضى ليجلس في المكان الذي أُخْلِيَ له، فإذاً أنا قدمت إليك صورتين: إحداهما فيها تطبيق للحديث الذي ذكرتَه وهو توقير العالم ( ليس منا من لم يرحم صغيرَنا ويوقر كبيرَنا ويعرف لعالمنا حقه )، والصورة الأخرى فيها مخالفة للحديث فلا يوقر العالم بالمخالفة، ولذلك لم يرض مثل هذا التوقير راوي الحديث وهو عبد الله بن عمر فكان لا يجلس.
السائل : شيخنا لو كان ... زي الباص، الباص ما فيه متسع لهالشيخ الكبير في السن أو هالمريض أنه يجلس، لو وقف راح يتأذى أو يتعب أو ويتضايق وأنا شاب أقوى على الوقوف.
الشيخ : صورة أخرى مبينة، مبين المكتوب من عنوانه فهذا يجوز وليس له علاقة بما نحن فيه، نعم.
السائل : جزاك الله خير

.

WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien