Cheikh Al Albani

Shaykh Al Albânî : il n’y a pas de durée minimale ou maximale ni pour les lochies ni pour les menstrues. La situation diffère d’une femme à une autre et du cycle de l’une à l’autre. Ce que les hommes doivent obligatoirement savoir, et cela avant même les femmes puisque les hommes ont autorité sur les femmes, est que le sang des menstrues a des signes distinctifs comme il ﷺ a dit dans le hadîth authentique « le sang des menstrues est noirâtre et il est you’rif » et dans une version « il est you’raf ».

«…il est you’rif » : c’est-à-dire qu’il a une odeur. Et l’autre terme « il est you’raf » signifie que l’on sait distinguer le sang des menstrues d’autres saignements, comme par exemple le sang sortant de blessures ou également le sang de la métrorragie. Lorsque la femme voit alors apparaître ce sang noirâtre que les femmes connaissent bien, elle entre en état de menstrues. Quand redevient-elle pure ? Nous avons dit qu’il n’y a pas de limite de durée minimale ou maximale pour les menstrues. Dès lors quand redevient-elle pure ? Elle le redevient quand elle voit ce qui est appelé dans le lexique religieux « le liquide blanc » (al qassatou al bayda’) et dans le langage courant, la pureté.

Au temps des prédécesseurs, au temps des compagnons, les femmes se rendaient auprès de Aicha, en estime primo de son statut de mère des croyants et secundo de son statut de femme la plus savante sur les jugements en Islâm dans l’absolu et sur les jugements relatifs aux femmes en particulier. Et elle était dans certaines de ces choses-là plus savante que beaucoup d’hommes parmi les compagnons du Messager ﷺ.

Lorsqu’une femme doutait de sa pureté, était-elle ou non entrée dans la phase de pureté suivant ses menstrues, Aïcha lui intimait de s’introduire un coton blanc et lui disait que si elle ne voyait aucune trace même pas jaunâtre sur ce coton mais juste du blanc, alors telle est « la pureté » dans le langage courant et « le liquide blanc » dans le lexique de Aicha. Si elle voyait cette pureté, elle était alors redevenue pure, même si ce n’est qu’une heure dans la journée ou un jour ou une nuit ou plus ou moins que cela, cela n’a aucune importance.

Tel est le jugement relatif aux menstrues ainsi qu’aux lochies. Si la femme a accouché, il n’y a aucune délimitation quant à ses lochies, sauf que les lochies diffèrent des menstrues quant à l’amplitude (possible de cette durée). Le jour où s’arrête l’écoulement sanguin des femmes en état de lochies et qu’elles voient le « liquide blanc » comme nous l’avons mentionné précédemment, elles sont dès lors redevenues pures même si la durée était courte. Mais si le sang continue de couler après les 40 jours, alors les 40 jours sont ceux des lochies pendant lesquels elles ne prient pas et ne jeûnent pas. Et ce qui va au-delà des 40 jours, c’est une métrorragie : elles jeûnent, elles prient et accomplissent toute chose qu’Allâh Azza wa Jall leur a permis de faire.

Q : oui mais pourquoi ce chiffre de 40 ? Pourquoi pas 30 ou 50 jours par exemple ?

Shaykh : c’est une bonne question. Car telle est la sounna. Une femme a dit et il se peut que ce soit Oum Salama: « au temps du Prophète ‎ﷺ, celle en état de lochies observait un délai de 40 jours ». C’est de là que vient cette délimitation de 40 jours. J’espère avoir répondu à ta question.

Q : qu’Allâh te récompense en bien.

Shaykh : ainsi que toi.

Traduit par le cercle des sciences

Tags:
WP-Backgrounds Lite by InoPlugs Web Design and Juwelier Schönmann 1010 Wien